test

Nous avons entendu la vraie société civile !

A chaque fois que nous croyons que tout est définitivement dévoyé, perdu, il y a une initiative, un événement qui redonne espoir. A la fin de la semaine dernière, la pétition de la société civile réclamant du gouvernement des dispositions contre l’insécurité, un meilleur contrôle des douanes, entre autres, nous a fait lever la tête. Il existe donc bien une société civile, une vraie de vraie, qui n’est pas un regroupement politique qui s’est affublé de cette dénomination pour choisir président et premier ministre dans un hôtel ?

Il existe donc des citoyennes et des citoyens qui peuvent prendre des initiatives non partisanes, vraiment concernés par la dégradation de ce pays devenu un grand repère de décadents qui prétendent avoir des solutions alors qu’ils avaient eu leur chance voilà presque 20 ans ?

Les pétitionnaires du 26 mars se sont dits prêts à rencontrer le Gouvernement. Ce dernier, reconnaissant le bien-fondé, la légitimité et l’utilité de la démarche, les a reçus dans un CSPN élargi. Nous aurions bien aimé avoir les détails des discussions, mais nous supposons que les débats ont été francs, sans langues de bois, avec pour objectifs précis de trouver des solutions à ces préoccupants enlèvements contre rançons, au déblocage de la route de Martissant. Bref, à ce qui intéresse vraiment la majorité.

Montana ce n’est pas la société civile, c’est une nébuleuse qui regroupe des personnes qui radotent depuis 36 ans et même avant. Elles sont aujourd’hui édentées, pas crédibles, incapables de porter une parole sensible, désintéressée. Elles ont raté plusieurs marches et ne se rendent pas compte qu’elles ont vieilli et mal vieilli, que les temps où l’on rêvait de révolution socialiste sont révolus, que ce sont eux les bourgeois avec des œillères, que le monde, tout comme le pays, a changé.

Les visages de l’organisation politique de Montana racontent tellement d’histoires qui nous ramènent à des périodes tristes pour la République ! Beaucoup d’entre eux avaient appelé nommément à l’assassinat du Président Jovenel Moise ; sa meneuse principale, Magali Comeau Denis qui faisait la manche pour Radio Kiskeya un peu partout après que ses locaux aient pris feu, pour avoir la possibilité de toujours prendre la parole sur cette station de radio, grande spécialiste du bruit, donneuse de leçons mais qui jamais n’a pu convaincre la population de quoique ce soit. Christine Stephenson qui a fait partie des derniers ministres de Jovenel Moise, au moment où celui était mis à mort par ses collègues actuels ; aujourd’hui madame Stephenson nie le bilan du défunt président et son héritage. Nul n’a besoin d’épiloguer sur Lyonel Trouillot, homme de main et de plume de Montana, qui nous assomment dans Le Nouvelliste chaque semaine, avec des textes les uns plus débiles et affligeants que les autres ; un certain nombre d’articles ayant circulé sur les réseaux sociaux ces derniers mois nous ont bien renseignés sur le personnage, ses impostures, ses crimes et ses travers.

Il était temps que la société civile se manifeste afin que les usurpateurs qui prétendent la représenter soient vus sous leur vrai jour.

On reconnait une société civile quand celle-ci parle au nom de tout le monde, de sujets qui transcendent la prise immédiate du pouvoir à son profit, quand ses membres n’ont pas de passifs politiques, ne sont pas clivants. Il nous faut essayer autre chose après les affreuses expériences vécues par ce pays ces 36 dernières années, il faut laisser naitre d’autres hommes et femmes politiques.

 

La Rédaction

Latest articles

spot_imgspot_img

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here

spot_imgspot_img